Les animaux sont de très bons compagnons pour aider les enfants à vite grandir. L’avantage principal de ces animaux dans la vie des enfants, c’est qu’ils les aident à prendre des responsabilités. Si votre enfant en demande un, ne lui privez pas donc de ce plaisir. Cependant, le choix de l’animal est d’une importance majeure, car il deviendra pour un long moment le meilleur ami de votre enfant.

Choisir l’animal selon l’âge de l’enfant

Déjà à 15 mois les enfants peuvent prendre du plaisir à s’amuser avec les animaux domestiques. Ils aiment bien caresser leur fourrure et prennent plaisir à faire de petits jeux avec l’animal. À cet âge, il serait bien de prendre un chien, un petit chat, un hamster ou un lapin pour votre bout de chou. Vers 2 ans, les enfants continuent à voir ces animaux comme des peluches pour le jeu. Ils ne se rendent pas compte qu’il s’agit des êtres vivants et qu’ils peuvent leur faire du mal en jouant avec eux.

Par contre à partir de l’âge de 3 ans, les enfants commencent par comprendre qu’un animal de compagnie implique certaines responsabilités. Ils prennent plus plaisir à leur donner à manger ou à les brosser. Pour un enfant de cet âge, il faut privilégier un animal dont l’enfant peut commencer par prendre soin. Un chien, un lapin ou un cochon d’Inde feront bien l’affaire.

C’est après l’âge de 6 ans qu’on pourra parler d’un animal de compagnie. À cet âge, l’enfant a la pleine conscience de sa responsabilité envers l’animal. Il comprend que c’est son ami et qu’il est responsable de lui.  À cet âge, il serait bien de faire le choix d’un oiseau, d’un chien ou d’un chat.

Choisir l’animal selon les caractères de l’enfant

L’âge seul ne suffit pas pour faire le choix d’un animal de compagnie pour votre enfant. Il faut aussi compter sur la personnalité de l’enfant. En réalité, les enfants actifs sont reconnus comme étant brutaux. Il leur faut donc des animaux de taille moyenne et robuste. Cependant pour un enfant timide il sera préférable de choisir un adorable petit animal qui l’aidera à affronter assez doucement sa peur.